En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Le jardin botanique de la Villa Thuret d'Antibes

Le jardin botanique de la villa Thuret

Historique du Jardin Thuret

L'historique du Jardin Thuret, de sa naissance à nos jours

Gustave Thuret (1817-1875), algologue et botaniste, surtout connu pour ses travaux sur la reproduction des algues, est séduit par le climat et la nature sauvage du Cap d’Antibes. 
Il achète en 1857 un terrain de cinq hectares et crée un jardin botanique.

 

Repères historiques et actuels sur la Villa Thuret

La Villa Thuret comporte :

- Un jardin botanique de 3,5 ha et une Villa de maître situés au 90, chemin Raymond,
- Un site d’1,5 ha avec 4 500 m2 de bâtiments divers situé au 41, bd du Cap.
• Le Jardin botanique est créé à partir de 1857 par Gustave Thuret (1817-1875), algologue et botaniste, auteur d’une des plus grandes découvertes en biologie végétale de la 1ère moitié du XIXème siècle, sur la reproduction des algues.

• En 1877, sa belle-soeur Louise Fould, fait une donation à l’état (Ministère de l’instruction publique des cultures et des arts) pour acquérir la Villa Thuret. Cette donation comporte une double charge pour l’affectation future de la villa Thuret.

=> Respect des termes de la donation : « la propriété doit conserver à perpétuité le nom de Villa Thuret et être rattachée à un établissement destiné à l’enseignement scientifique »

• 1927 : le financement de l’entretien de la Villa Thuret est transféré au ministère de l’agriculture. Le Centre de Recherches agronomiques de Provence est créé à la Villa Thuret. 1928 : la station de physique et de météorologie agricoles d’Antibes est transférée à la Villa Thuret (arrêté du 1er juin). 1932-36 : le centre de recherche d’Antibes s’enrichit d’une station de zoologie, puis d’agronomie, de physiologie végétale, de pathologie végétale.

• 1946 : à la création de l’INRA, un centre de recherche est installé à Antibes et la Villa Thuret stricto sensu devient Station de Recherches en Botanique et Pathologie végétale. Le domaine est formellement remis à l’INRA par arrêté du 18 août 1964. L’entretien du jardin et la gestion des collections vivantes sont confiés à l’équipe de Botanique.

• 2004 : Une grande partie des activités du centre (administration du centre et thématiques scientifiques autour de la santé des Plantes) est transférée à Sophia-Antipolis – Seule l’équipe de botanique, composée de 7 permanents, reste à la Villa pour s’occuper du site.

• 2004 – 2012 : Arrêt des investissements du centre et du département scientifique (SPE) à la Villa. Plusieurs projets « Thuret » notamment avec la région, le département et la CASA (communauté de commune d’Antibes) sont proposés, mais aucun projet n’aboutit.

• 2012 : l’Unité expérimentale Villa Thuret est créée par le département EFPA (= ECODIV).

• 2017-2020 : création d’un « centre de connaissance et de diffusion de la connaissance scientifique sur le Végétal et l’adaptation des écosystèmes au changement global ».

=> 6 mars 2020 : Signature d’un accord avec la Ville d’Antibes pour le site du 41 Bd du Cap.

En contrepartie de l’utilisation du site du1 bd du Cap par la ville, ce bail emphytéotique de 50 ans prévoit le versement par la Ville d’Antibes – Juan-les-Pins d’une redevance annuelle à INRAE, destiné à soutenir l’entretien des collections et de la Villa Thuret.

La villa Thuret en 2021… Un patrimoine remarquable géré par INRAE

• Des collections végétales vivantes : 2500 arbres et arbustes représentant un millier d’espèces, surtout ligneuses (144 genres et 131 familles) => plus de 20 000 visiteurs par an.

• Parmi les plantes introduites au jardin botanique, certaines sont en essai dans les arboretums méditerranéens, en vue de leur étude et de leur domestication éventuelle.

• Un herbier, créé par Gustave Thuret au XIXème siècle, puis complété par des scientifiques au fil des décennies. En partie restauré depuis les années 2010, avec le soutien de bénévoles. 70 000 planches numérisées (infrastructure ReColNat) ; images accessibles en ligne.

• La bibliothèque rassemble un ensemble de documents spécialisés autour du végétal : flores, monographies de botanique, biologie végétale, horticulture et arboriculture, espèces végétales exotiques et acclimatation ; elle compte 3608 volumes répertoriés correspondant à 1311 titres (1767 volumes anciens et 1707 périodiques). Les références originales en français ont été numérisées et sont accessibles en ligne sur le site de la BNF.

La villa Thuret en 2021 … C’est aussi :

• Une expertise reconnue en botanique sur les arbres exotiques de climat méditerranéen, permettant d’étudier et d’expérimenter tout ou partie des collections vivantes => expertise en acclimatation des plantes. Projets en cours sur les arbres de demain.

• De nombreux labels : 'Jardin remarquable' (2007), 'Jardin botanique de France' (2017), 'Maison des Illustres' (2018), 'Arbres Remarquables' en 2015. En 2017, le site a été jumelé avec le jardin botanique italien Hanbury (Vintimille). Plusieurs projets européens Alcotra avec l’université de Gènes.

• Une « villa » de 2000 m2 modifiée au cours du temps… qui aurait besoin d’être rénovée

• Des partenaires hébergés : Conservatoire des espaces naturels de Provence (CEN PACA), Conservatoire botanique National Méditerranéen (CBNMed), CPIE des Iles de Lerins Pays d’Azur, qui étendent l’expertise du site (conservation et pédagogie).

• 6 agents permanents INRAE : 1 ingénieure botaniste, directrice et animatrice du projet Thuret, 1 directeur adjoint responsable du jardin, 1 gestionnaire d’unité, 1 jardinier-botaniste + une équipe Biocontrôle (2 permanents). Des agents non permanents (2 chargées de missions sur projets en médiation et formation + 2 CDD jardiniers-botanistes).

Le projet Thuret en 2021

Mission de base : De l’acclimatation des espèces végétales à l’adaptation des écosystèmes

• Identification de nouvelles espèces végétales d’intérêt : échantillonnages dans l’aire d’origine, introduction (=> respects des règles sanitaires et juridiques), mise en culture, accommodation. Observation du comportement, constitution de ressources biologiques. Analyse des risques associés.

Prévention d’espèces invasives, sensibilité aux pathogènes ou bioagresseurs, impact sur la santé humaine … => Rôle important de jardin sentinelle.

• Des collaborations actuelles et futures avec la ville d’Antibes et le campus Vert d'Azur sur le thème des arbres de demain, y compris les espèces locales.

• Une ambition collective permettant : de capitaliser sur les connaissances existantes, d’acquérir des connaissances nouvelles, d’oeuvrer à leur dissémination et à la formation des acteurs et des citoyens.

Voir aussi

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger ces documents en pdf :